La musique et les êtres vivants

16 décembre 2007

Quelle est l'influence de la musique sur les êtres vivants ?

TPE 2007/2008

BOURNAT Marjorie

CHABROL Sophie

GABALDON Aurore

SHRIOUAR Aurélie


L'INFLUENCE DE LA MUSIQUE SUR LES ETRES VIVANTS

 

Introduction faisant partie de la partie d'Aurélie

M. Joël Sternheimer, professeur à l’Université européenne de la recherche et chercheur indépendant, dépose en juin 1992 le brevet du « Procédé de régulation épigénétique de le synthèse protéique ». Il met en place une théorie pour le moins intéressante : la musique aurait une influence sur l’organisme et favoriserait l’épanouissement des êtres vivants. Sternheimer met sa théorie en pratique sur les plantes, leurs protéines étant les moins complexes.

Pour illustrer sa théorie, Sternheimer propose un moyen de stimuler ou d’inhiber la synthèse d’une protéine spécifique : les protéodies.

En effet, Sternheimer, en mesurant un signal ondulatoire émis par l’acide aminé étudié lors de la traduction, découvre la protéodie (ou « onde d’échelle ») propre à cet acide aminé, qui lui permet de transposer ce dernier sous la forme d’une note de musique.


Cette étude à la fois complexe et intéressante, nous a donné l’envie d’y consacrer ce Travail Personnel Encadré, en élargissant le domaine de recherche sur tous les êtres vivants, et pas seulement les plantes, c’est-à-dire les animaux et les humains.

 

La question qui s’impose d’elle-même est, bien évidemment :

 

Quelle est l’influence de la musique sur les êtres vivants ?

 

Nous nous intéresserons principalement aux plantes, puis aux autres êtres vivants.

Tout d’abord, nous nous demanderons quels sont les effets des notes: leurs effets à différentes échelles, macroscopique (ou de l’organisme), cellulaire et moléculaire, et les effets positifs et les effets, s’il y en a, négatifs.

Puis nous traiterons les effets de la musique sur les plantes : l’effet globale de la musique sur la croissance des plantes, ainsi que la différence notable des effets de la musique et des notes sur leur organisme, puis pourquoi certains types de musique agissent différemment sur elles.

Enfin, nous expliquerons quels sont les effets de la musique sur les autres êtres vivants : tout d’abord ses effets sur les humains, puis sur les animaux.


 

Fin de l'introduction d'Aurélie

Posté par bcgstpe à 15:44 - Commentaires [7] - Permalien [#]


La Génodique

I- Génodique


1- Protéodies

 

A) Qu’est ce qu’une protéodie ?

 

Lors de la synthèse des protéines, l'interaction codon-anticodon qui s'effectue dans le ribosome vérifiant la complémentarité des bases de l'ARNm et de l'ARNt donne lieu à l’émission d’ondes d’échelle. Ces ondes sont émises au moment où ces acides aminés, transportés par les ARN de transfert, s'assemblent pour former des protéines. Les signaux seraient des ondes appelées "ondes d'échelle ", c'est-à-dire qu'elles relient entre elles des échelles différentes - ici l'échelle de chaque acide aminé à l'échelle de la protéine en formation.

Par le calcul, Joël Sternheimer a établi la fréquence de ces ondes d’échelle correspondant aux 20 acides aminés utilisés par le corps humain, ce qui lui a fourni 10 fréquences distinctes. On peut rendre ces fréquences audibles en les transposant en notes de musique. Nous obtenons donc pour une protéine, qui est une suite d'acides aminés, une succession de notes. En fonction de la complexité de la composition des protéines, qui peuvent regrouper aussi bien une dizaine d'acides aminés que des centaines, nous obtenons une véritable mélodie, une partition variant donc d'une dizaine à plusieurs centaines de notes.

 

Sternheimer a constaté que lorsqu’on joue l’enchaînement dans le domaine audible des fréquences des acides aminés d’une protéine, on observe une augmentation de la synthèse de cette protéine. La séquence des sons spécifiques à la synthèse ou à l’inhibition d’une protéine est appelée Protéodie. Pour inhiber une protéine, c'est-à-dire freiner sa fabrication, il suffit d'avoir la mélodie "symétriquement opposée". Très schématiquement, si la mélodie qui stimule est dans les "graves ", celle qui inhibera sera dans les "aiguës ". Chaque acide aminé possédant son équivalent en note stimulante et en note inhibitrice, on disposera de deux décodages, deux mélodies pour chaque protéine.

 

La validité de son travail dans ce domaine a été reconnue par un jugement de la chambre de recours de l'Office Européen des brevets en date du 8 mars 2004.


B) Importance du tempo, volume sonore, temps d’exposition.

 

a) Temps d’exposition

 

Le temps d’exposition quotidienne de la plante à la protéodie à une grande importance sur son efficacité. En effet, une trop longue exposition entraîne une forte concentration de la protéine synthétisée et donc avoir l’effet inverse : la protéine sera alors inhiber pour retrouver une concentration normale.

Le temps d’exposition idéal est de 5 minutes par jour.

 

b)  Volume sonore

 

Le volume sonore a également une influence sur l’efficacité d’une protéodie. Plus le volume sonore est fort, plus la protéodie est efficace.

 
c)  
Tempo

 
Le tempo idéal est de 120 noires par minute. En effet, il s’agit d’un tempo « moyen ». Un tempo trop lent ou trop rapide est en effet néfaste à la croissance de la plante.

 

 

 2- Génodique

 

A) Qu’est ce que la Génodique ?

 
 La Génodique est la science développée à partir de l'étude des Protéodies. Actuellement, environ 1200 protéodies ont été décodées en 20 ans par Joël Sternheimer, correspondant à la stimulation ou l’inhibition de protéines. Au vu de la connaissance que l’on a aujourd’hui, le génome humain contient quelque 25 000 gènes, soit plus encore de protéines, sans compter les virus, les bactéries, l’ensemble des règnes animal et végétal, avec lesquels un dialogue s’établit ainsi... Le travail se poursuit donc vers le développement de nouveaux décodages, ainsi que la documentation des effets des protéodies (effets bénéfiques, ressentis du corps, statistiques et fréquences d’affinités sur la population, …).

 

 

B)Quelques applications :

 

-Culture de plants de tomate en milieu aride en Afrique

 En 1996, au Sénégal, près de Dakar, une petite exploitation avait testé les effets de la «musique» de la protéine TAS 14 sur quelques milliers de plants de tomates. Cette protéine devait aider les plants à résister à la sécheresse. 3 minutes par jour, on diffusait à l'aide d'un radiocassette placé à côté des plants, la «mélodie» déduite de la séquence d'acides aminés de la TAS 14. 

Les résultats furent impressionnants : les plants de tomates exposés tous les jours à cette «musique» de la protéine TAS14 anti-sécheresse, sont effectivement apparus comme ayant beaucoup moins besoin d'eau et ont eu une production bien supérieure, tout en devenant plus grands que ceux, à l'autre bout du champ, qui ne bénéficiaient pas de musique mais d'un arrosage plus important, conforme à l'usage dans la région. Mais des esprits chagrins pourront toujours dire que les conditions expérimentales n'étaient pas suffisamment contrôlées en plein air et qu'il existait de multiples facteurs non surveillés scientifiquement, comme la qualité de la terre, l'ensoleillement, etc.

http://www.bekkoame.ne.jp/%7Edr.fuk/TomatePhotoF.html

 

- Amélioration des qualités gustatives et de conservation (tomates, melons, avocats)


Avocat

Photo sur la conservation des avocats grâce à l’inhibition de l'expression de la Polygalacturonas d'avocat  : à gauche les avocats « musicaux », et à droite, les avocats tests.


-Photos de l'essai réalisé dans les serres de la faculté agricole de l'université de Gand, Belgique, 1999.

Essai réalisé dans le cadre d'un mémoire de fin d'étude en vue de démontrer l'efficacité de la technique SRP et de l'influence des la musique sur les plantes. Etude réalisé par Yannick Van Doorne.

1249928

Plants de tomates témoin. Non-traitées.   Le résultat du traitement sonore donne une augmentation de la taille de 30 cm en 2 mois au bénéfice des plants traités avec la musique. Il s'agit ici de musique très particulières, nommé protéodies ou par la technique SRP.

2405662
 

Plants de tomates traités par les séquences sonores SRP (Séquences de résonances des Protéines) ou protéodies. Traitement : 6 minutes de protéodies par jour correspondant aux protéines extensines ayant une influence d'allongement de toutes les cellules des plantes.

 

 On peut donc constater que les protéodies sont aussi voir plus efficaces que les engrais chimiques et bénéfique pour les consommateurs et les cultures. De plus, cela ne coûte rien !

Posté par bcgstpe à 18:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Création de la protéodie

Formation de la protéodie
 
L’auxine est une hormone de croissance qui est indispensable au développement des plantes. Elle favorise la croissance en longueur en agissant sur l'élongation cellulaire. L'auxine est synthétisée majoritairement à partir du tryptophane. Le tryptophane est transformé en acide indole- pyruvique, puis en acide indole-3-acétique dont la séquence d’acides aminés est la suivante :
 
Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/viewer.fcgi?db=protein&id=7674398 
 
 

1 .Méthionine –sérine- glycine- isoleucine- leucine- alanine- glycine- leucine –valine- alanine- glutamate- alanine- glutamate –sérine – glutamine – thréonine- glycine – arginine –arginine –arginine- alanine- leucine- arginine – thréonine – glutamate – alanine – lysine- leucine- thréonine – glutamate – leucine -  alanine- alanine- alanine- alanine- proline – proline- alanine – arginine- aspartate- phénylalanine- alanine- alanine –alanine- leucine- arginine – glutamate- proline – glycine- leucine- alanine – valine- isoleucine- alanine – glutamate – méthionine- lysine – proline – arginine – sérine

61 . proline- sérine- lysine- glycine- proline- leucine- thréonine- aspartate- aspartate- tyrosine- arginine- proline- alanine- glutamate- leucine- alanine- arginine- alanine- tyrosine- glutamine- glycine- glycine- glycine- alanine- histidine- alanine- valine- sérine- valine- leucine- thréonine- histidine- glutamate- alanine- glycine- phénylalanine- glycine- glycine- sérine- proline- aspartate- histidine- leucine- alanine- valine- alanine- arginine- alanine- alanine- cystéine- glutamate- leucine- proline- valine- leucine- arginine- lysine- aspartate- phénylalanine- valine

121 . valine- aspartate- glutamate- tyrosine- glutamine- isoleucine- leucine- alanine- arginine- alanine- leucine- glycine- alanine- aspartate- alanine- leucine- leucine- leucine- isoleucine- valine- alanine- alanine- leucine- alanine- proline- alanine- arginine- leucine- alanine- alanine- leucine- leucine- alanine- arginine- thréonine- arginine- alanine- cystéine- glycine- méthionine- glutamate- alanine- leucine- valine- glutamate- valine- histidine- aspartate- glutamate- arginine- glutamate- valine- aspartate- valine- alanine- leucine- glutamate- alanine- glycine

181 . alanine- aspartate- valine- isoleucine- glycine- valine- asparagine- histidine- arginine- aspartate- leucine- arginine- aspartate- phénylalanine- sérine- isoleucine- aspartate- arginine- thréonine- leucine- sérine- alanine- arginine- leucine- arginine- glycine- arginine- valine- glycine- thréonine- glycine- arginine- valine- méthionine- valine- glycine- glutamate- sérine- glycine- valine- arginine- glycine- alanine- proline- aspartate- alanine- arginine- alanine- leucine- glutamate- alanine- alanine- glycine- valine- aspartate- alanine- valine- leucine- valine- glycine

241 . glutamate- leucine- leucine- méthionine- arginine- alanine- glycine- aspartate- proline- glycine- thréonine- thréonine- isoleucine- lysine- glycine- leucine- valine- glycine

Grâce au tableau, mis au point par M. Strenheimer, de concordance acides aminés –notes suivant :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acide aminé

 

 

 
 

Note stimulante

 
 

Note d’inhibition

 
 

Alanine

 
 

do (grave)

 
 

ré (aigu)

 
 

Arginine

 
 

do (aigu)

 
 

ré (grave)

 
 

Asparagine

 
 

sol

 
 

sol

 
 

Aspartate

 
 

sol

 
 

sol

 
 

Cystéine

 
 

fa

 
 

la

 
 

Glutamate

 
 

la

 
 

fa

 
 

Glutamine

 
 

la

 
 

fa

 
 

Glycine

 
 

la (grave)

 
 

fa (aigu)

 
 

Histidine

 
 

si bémol

 
 

mi

 
 

Isoleucine

 
 

sol

 
 

sol

 
 

Leucine

 
 

sol

 
 

sol

 
 

Lysine

 
 

la

 
 

fa

 
 

Méthionine

 
 

la

 
 

fa

 
 

Phénylalanine

 
 

si bécare

 
 

mi bémol

 
 

Proline

 
 

fa

 
 

la

 
 

Sérine

 
 

mi

 
 

si bémol

 
 

Thréonine

 
 

fa

 
 

la

 
 

Tryptophane

 
 

ré (aigu)

 
 

do (grave)

 
 

Tyrosine

 
 

do (aigu)

 
 

ré (grave)

 
 

Valine

 
 

fa

 
 

la

 

 

 

 

 

 

 

On peut établir une protéodie=, censée augmenter la synthèse de l’acide indole-acétique (auxine) responsable de la croissance des plantes, dont voici un extrait.

 

scan_stimu

 

 

(partition réalisée avec le logiciel pizzicato)


De même on trouve également la protéodie pouvant inhiber cette synthèse
:

IMGscan_inhib
 

Posté par bcgstpe à 18:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]

La musique et les plantes

II. Effet de la musique 

 

1) Effet globale de la musique sur la croissance des plantes.

 

 L’ effet musicale des protéodies est limité à tout au plus quelques notes, cependant, cela ne veux pas dire que la musique en général n’affecte pas la croissance des plantes .

 

 Des expériences récentes ont démontré que la musique augmente la croissance des plantes de 25 % à 60%. Mais est-ce le cas pour tous les genres de musique ?

 Par exemple, en 1969, Dorothy Retallack fit des essais avec différentes plantes comme du maïs, des pétunias, des courges, etc.

Elles sépara les plantes en deux groupes : le premier écouta de la musique classique et le second de la musique du type rock.

Les resultats furent les suivants :

- Certaines plantes qui furent exposées au son de la musique rock croissèrent au début mais devinrent anormalement hautes quelques temps après. Elles développèrent de minuscules feuilles, de petites racines et consommèrent beaucoup plus d’eau que la moyenne des autres plantes. D’autres encore, furent paralysées au bout de 15 jours, et pour certaines la musique entraîna même leur mort.

- Les plantes exposées à la musique classique elles, fleurirent à une hauteur d’environ

2 mètres

du sol dès la première semaine et possèdaient des racines plus grosses et 4 fois plus longues que les plantes de l’autre groupe.

 Suite à cette experience on peut constater que les plantes réagissent égalemment à la musique en général. En effet, certains types de musique ont une action bénéfique sur la croissance des végétaux alors que, à l’inverse, d’autre genre musicaux ont des effets négatifs comme : empêcher leur développement provoquer des maladies voir même la mort de la plante.

***

On peut donc conclure que la musique possède elle aussi des effets positifs et des effets négatifs sur les végétaux. Ainsi, les plantes sont influencées de façon a peu près similaire par la musique ou par les proéodies. Alors où se situe la différence ?

 Durant les expériences réalisées par Dorothy Retallack, les plantes, outre leurs anomalies de développement ( petites feuilles, racines moibs développées,…), étaient influencées égalemment à d’autres niveaux comme par exemple, l’orientation de la plante :

- Le groupe exposé à la musique de type rock poussèrent dans la direction opposée à la source musicale.

- Le deuxième groupe à l’inverse, lui, s’est développpé en s’orientant vers le poste.

 Ces résultats montrent que, bien que les protéodies ( même si elles sont limitées à seulement quelques notes), ont un effet plus important que la musique, celle-ci possède toutefois une influence sur les végétaux. En effet, la musique contrairement aux protéodies qui influent sur la vitesse, va, elle, influencer la « forme » de la croissance. Ainsi, la différence se trouve au niveau de l’action des protéodies et, de celle de la musique. Leur influence, bien que possèdant des facteurs communs comme le rétrecissement de la durée de vie de la plante, restent toutefois très différentes. C’est pourquoi, on ne retrouve pas les mêmes conséquences sur les plantes selon qu’ elles aient été exposées à de la musique ou aux protéodies.

Néanmoins, on peut se demander pourquoi existe-t-il une différence entre les effets de la musique et des protéodies car au final l’un et l’autre sont tous deux constitués de notes ?

 

Début de la partie d'Aurélie

2) Sensibilité des plantes


La musique peut donc avoir des effets très différents sur les plantes : le rock ou le métal éloignent la plante tandis que la musique classique, au contraire, a plutôt un effet attractif, et dans certains cas, la plante parvient même à s’enrouler autour de la source sonore (un poste radio, une télé…) !

Mais ces observations traduisent d’elles-mêmes une question très intéressante :

Pourquoi ? Pourquoi ces différentes sortes de musique touchent-elles la sensibilité des plantes de manière complètement opposée ?

Nous verrons tout d’abord qu’est-ce que la sensibilité des plantes exactement, puis nous expliquerons la relation entre cette sensibilité et les effets observés.

 

Les plantes sont des êtres vivants : elles possèdent donc une sensibilité qui leur est propre. La plante naît, croît, vit, dépérit ou prospère, se dessèche, puis meurt… Elle a donc un cycle de vie très similaire à celui des animaux ,ou même à celui des humains. Mais la sensibilité d’une plante est parfaitement exprimée à travers ses réactions contre le milieu ; par exemple, une plante poussant dans une vallée humide n’a pas les mêmes réactions hostiles contre son milieu qu’une plante exposée au vent et vivant sur une plaine desséchée… La plante en danger change sa morphologie et l’adapte au milieu : entre autres, elle épaissit ses feuilles pour leur donner plus de résistance et elle se constitue une réserve d’eau beaucoup plus importante que la plante vivant dans une vallée humide. Cependant, malgré beaucoup de similitudes, les plantes et les animaux ou les humains n’ont pas la même sensibilité : les animaux et les humains tirent leur sensibilité de leur système nerveux, ce qui n’est pas du tout le cas des plantes, celles-ci n’ayant pas de système nerveux.

On parle de l’influence positive de la musique classique sur les plantes. En effet, des scientifiques sont plusieurs fois parvenus à la conclusion que les plantes préfèrent la musique classique de Beethoven ou de Vivaldi au métal ou au rock, ces deux derniers trop agressifs.

Les mesures réalisées par Cleve Backster ont, quant à elles, démontré que les plantes ont une réelle sensibilité et réagissent par des changements potentiels électriques et de résistances à nos états d’humeur ou nos intentions positives ou négatives envers elles.

Fin de la partie d'Aurélie


Posté par bcgstpe à 19:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Les Hommes et les animaux

III. L’influence de la musique sur les autres êtres vivants :

 

La musique existe depuis l’antiquité : les Incas et les Papouasie l’a pratiqué. Elle est très présente dans notre société sous différentes formes, on la retrouve dans nos actions quotidiennes : lorsque l’on regarde la télévision, lorsque l’on écoute la radio, lorsque l’on rentre dans un magasin, ou encore lorsque l’on est mis en attente au téléphone.

Mais quels sont les effets de cette musique sur les animaux et les humains ?

 

 

                1.L’influence de la musique sur les hommes :


a.  L’effet de la musique sur les hommes :


Plusieurs comportements ont été constatés sur les êtres humains à la suite d’écoute de musique différentes : Rock , Métal, Techno, Classique, Rap…

1er comportement : un comportement agressif :

La musique peut faciliter l’apparition d’un comportement agressif lorsque les individus ont écouté une musique qui augmente l’activation physiologique (aussi appelé activation cérébrale, correspond à l’augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine).Ces musiques sont des musiques dont la construction sont complexes comme le Hard-Rock, la musique faite par Prokofiev, ou celle faite par Bartok.

2ème comportement :un comportement « distrait »:

La musique a des vertus distrayantes, ce qui va permettre aux individus qui l’écoutent d’être moins anxieux, moins stressé. Par exemple si vous allez subir une opération dentaire comme une extraction de dents, l’écoute de la musique de votre choix et au volume de votre désir va permettre de ressentir moins la douleur de l’extraction, du fait que votre cerveau est concentré sur l’écoute de la musique.

 3ème comportement : la persuasion de l’individu face à la musique :

La musique peut avoir un effet de persuasion sur les individus : en effet, par exemple dans les bars une musique de haut volume va faire augmenter la consommation des sujets. De plus un objet associé à une musique douce rendra l’objet aux yeux du sujets comme agréable et apaisant.

 4ème comportement : un comportement dépressif et inversement:

La musique peut procurer des comportements dépressifs et inversement peut rendre heureux des personnes dépressives. En effet l’association d’événements tristes ou heureux avec une musique va rendre une personne dépressive ou la rendre heureuse. Par exemple « Le cygne de Tuonela » de Sibelius donne une attitude dépressive tandis que « La petite musique de nuit » de Mozart va rendre joyeux.

 

 

 Tableau montrant les différents sentiments et émotions ressenti lors de l’écoute de musique variée :

Etat émotionnel………………………….pièce musicale utilisée

 

Anxiété………………………………….Stravinsky : Le sacre du printemps.

 ………………………………….Schoenberg : Erwatung.

 

Neutre……………………………………Debussy : Le prélude de l’après-midi d’un faune.

 ……………………………………Pachelbel : Le canon arrangement d’un contemporain.

 

Bonne humeur……………………………Bach : Concerto Brandebourgeois n°3.

 ……………………………Beattles : Yellow submarine.

 

Joie……………………………………….Mozart : La petite musique de nuit.

 ……………………………………….Vivaldi : Concerto n°3 (automne) Allegro.

 

Humeur dépressive………………………Sibelius : Le cygne de Tuonela.

 ………………………O’connor : Nothing compares two U.

 

Tristesse………………………………….Tchaïkovski : Ouverture Fantaisie de Roméo et Juliette

   ………………………………….Beethoven : Symphonie n°3 op.93, allegro vivace.



Tableau réalisé par: Albersnagel, Martin & Metha, Terezis

 

 

B. Les causes des effets de la musique sur les hommes :


Chez le fœtus l’oreille va aider le cerveau à se développer grâce à l’écoute d’ondes sonores. A la naissance l’oreille transforme les ondes sonores (propagation d’un phénomène sonore) en impulsions électrochimiques (réaction chimique permettant à deux neurones de communiquer des informations) qui chargent le néocortex (« écorce » qui entoure les deux hémisphères du cerveau. Le cortex est stratifié en trois couches la couche externe est le néocortex qui est présent seulement chez les mammifères) et grâce à lui le cerveau s’active ou se désactive, tout dépend de la fréquences des sons (modulations de sons). Les hautes fréquences vont donner de l’énergie au cerveau tandis que les basses fréquences vont absorber son énergie.

 

 

 

c. L’effet Mozart :

 

Selon des expériences certains chercheurs comme Alfred Tomatis pense que la musique de Mozart auraient des effets positifs sur les individus qui l’écoute comme l’augmentation du QI (Quotient Intellectuel) et il semblerait qu’elle pourrait contrer les effets des basses fréquences du fait que la musique Mozart contient une abondance de hautes fréquences.

En effet des expériences montrent que les individus ayant écouté du Mozart avant un test de QI aient eu une meilleure note que lorsqu’ils ont fait un test de QI similaires sans conditionnement. Cependant les effets ne sont pas permanents. Au bout de 25 minutes les effets de la musique Mozart disparaîtrait.

 

 

           d. La Musicothérapie:

 

La musique aurait une autre vertu sur les êtres humains, elle peut les soigner psychologiquement. La musicothérapie consiste a utiliser la musique (rythme, sons, mélodie, harmonie) dans un but thérapeutique : le patient peut participer à son propre développement par l’écoute de la musique.

 Elle permet l’apprentissage, la relaxation, la détente mais aussi une connaissance de son corps et une meilleure approche des autres grâce à la musique qui sensibilise non seulement l’esprit et le corps mais aussi les sens. Elle va donc permettre au sujet le développement sensoriel, une socialisation, une stimulation émotionnelle et mentale. Elle va aussi aider le sujet à se comprendre et à comprendre les autres grâce à la musique qui va s’intérioriser en lui : il va ressentir la musique d’une certaine manière c’est sa personnalité qui en fait s’exprime, le sujet a donc la possibilité d’être en accord avec lui même. Le fait qu’il se comprenne mieux va l’amener vers les autres et donc vers la compréhension de ceux-ci et l’entraîne vers sa socialisation.On peut donc en conclure que la musique peut avoir des effets positifs comme négatifs sur les hommes en fonction de la fréquence des sons utilisés. Les êtres humains vont réagir différemment face à celle-ci. La musique a donc un aspect bénéfique et négatif : elle est donc a consommer avec modération !

 

 

e. Les caractéristiques d’une protéodies sur les humains :

 

Les protéodies, bien qu’elles soient perçues par les plantes et ont de grands effets sur celles-ci, ont un effet particulier sur les humains. Effectivement, on remarque que la mélodie des protéodies ne peut pas être retenues par la mémoire humaine. De plus chez les humains les protéodies qui vont être bénéfiques ou néfastes dépend du sujet et non d’une synthèse type comme pour les plantes. La protéodie sera considérée comme bénéfique par le sujet s’il en a besoin et comme néfaste et désagréable à entendre s’il n’a pas la nécessité de cette protéodie : c’est pour cela qu’un médecin ne peut juger de la nécessité d’une protéodie mais seulement le patient.

 

 

 

 

2.L’influence de la musique sur les animaux :

 

 

a.Les effets de la musique sur les animaux :

 

La musique modifie le comportement de tous les animaux. Mais les animaux de la ferme et domestiques n’ont pas les mêmes réactions face aux différents types de musiques :

 

Chez les animaux de la ferme :

 

Des études faites par Music Research Group sur les animaux ont prouvé que la musique à des effets sur les caractères animaliers. Par exemple si des poules sont soumises à l’écoute de Pink Floyd, leurs pontes va augmenter. Pour les vaches, si elles sont exposées à la « symphonie pastorale » de Beethoven elles produiront jusqu’à

0.73 litre

de plus que les vaches écoutant « Back in the URSS » des Beatles.

 

Chez les animaux domestiques :

 

Une musique comme le rock, le hard-rock ou encore le métal va leur faire avoir un comportement agressif et les mettre dans une situation défensive. Par exemple les chiens face à ce genre de musique vont se mettre à aboyer. De plus de la musique très rythmée peut l’inciter un perroquet à crier. Cependant une musique douce comme de la musique classique leur est plus agréable que le silence surtout lorsqu’ils se retrouvent seuls. Par exemple la simple écoute de « L’ode à la joie » de Beethoven ou « les quatre saisons » de Vivaldi va les rendre confiant et calme. Certaines musiques encore ont aucun effet sur les animaux domestiques comme la musique de Britney Spears.

 

 

b. les causes des effets de la musique sur les animaux :

 

Les animaux n’entendent pas les mêmes sons que les humains, en effet leur oreille peut entendre plus de fréquence que la notre. C’est pourtant grâce au même système que les animaux vont avoir un caractère plus ou moins agressif. Les musiques comme le rock, le hard rock et le métal contiennent des temps réguliers et de volumes assez fort ce qui leur donne une impression de danger. Tout cela est la cause d’une accélération du rythme cardiaque des animaux ; le cœur des animaux va se caler sur la musique (c’est pareil pour les hommes mais celui-ci est habitué a écouter de la musique, il sait d’où elle vient). L’animal se sent donc menacé et quoi de plus normal pour un animal de répondre à la menace par la menace. Mais l’agressivité de l’animal dépend comme pour l’homme de la fréquence des sons des musiques : les hautes fréquences vont lui procurer du calme et de la sérénité tandis que les basses fréquences vont lui procurer de l’agressivité.

 

 

 

                c. la musicothérapie :

 

La musicothérapie existe aussi pour les animaux! Certains animaux trop stressés ou à tendance tristes peuvent retrouver leur gaieté d’avant en écoutant de la musique. Mais pas n’importe quelle musique. Il faut lui faire écouter des musiques qui contiennent des hautes fréquences lui permettant ainsi d’être calme et en confiance. Il pourra donc après se ressentir joyeux et perdre son stresse et sa tristesse.

 

 

 Les animaux comme les humains sont sensibles à la musique. Elle peut les aider à se sentir moins seul, et à être heureux. Cependant elle peut aussi avoir un effet néfaste sur leur comportement.

Posté par bcgstpe à 19:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Biographies

 
M.
Sterheimer:
Né en 1943 dans l’Ain, adopté en qualité de pupille de la Nation en 1948, diplômé d’Etudes Supérieures de Mathématiques Approfondies en 1964, Joël Sternheimer obtient son doctorat en physique théorique à Lyon à 23 ans.

En 1967, Louis de Broglie, prix Nobel en 1929 avec qui il travaille sur la théorie quantique, le missionne à l’université de Princeton pour y poursuivre ses recherches. C’est là qu’il rencontre, entre autres savants, Robert Oppenheimer considéré comme le père de la bombe atomique.

Docteur en physique théorique, spécialiste de la physique quantique, ce chercheur a découvert une «onde d’échelle» propre à chaque acide aminé, qui lui permet de transposer ce dernier sous la forme d’une note de musique et a décodé depuis 1985, plus de 600 protéines.

M.Backster : Cleve Backster fonda

la Backster Research

Foundation Inc. en 1965 pour développer son travail sur les polygraphes (ou détecteurs de mensonge) qui commenca vers la fin des années 40.


Depuis 1966 il poursuit aussi une large recherche sur la biocommunication. Son travail est exposé dans le livre à succès The Secret Life of Plants par Peter Tompkins et Christopher Bird (Harper & Row, 1 973), et The Secret Life of Your Cells, par Robert Stone (Whitford Press, 1 989).
Son unique livre : Primary Perception : Biocommunication with Plants, Living Foods, and Human Cells.

M. Backster enseigne à

la Backster School

of Lie Detection et donne, de par le monde, des conférences sur la biocommunication. Il est membre du corps enseignant du California Institute for Human Science ainsi que du comité de conseil du Institute of HeartMath à Boulder Creek, Colorado.


Dorothy Retallack: organiste et mezzo-soprano professionnelle qui avait donné des concerts au Beacon Supper Club de Denver, réalisa une expérience biologique de laboratoire avec les plantes.


Yannick Van Doorne: jeune ingénieur industriel en agriculture tropicale à l'Ecole Supérieure de Gand, Belgique. Il est le premier étudiant à avoir rédiger son mémoire de fin d'études  sur la théorie de Joël Sternheimer: 
"Influence de fréquences sonores variables sur la croissance et le développement des plantes".

Posté par bcgstpe à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Expériences

I- Génodique

Pour démontrer la théorie de M. Sternheimer, nous allons faire pousser des haricots grâce aux protéodies que nous avons faîtes.

Matériel: - 3 haricots nains (de même taille)
             - de la terre
               - un pot par haricot


Mode opératoire:   - Planter les haricots dans un même volume de terre.
                                - Pendant plusieurs semaines:
                                                    - laisser pousser le haricot test
                                                    - "jouer" à un autre haricot la protéodie stimulante 5 min par jour
                                                    - "jouer" au troisième haricot la protéodie inhibante 5 min par jour

durant toute la durée de l'expérience, les haricots doivent être dans les mêmes conditions:
                                                    - même luminosité
                                                    - même température
                                                    -même taux d'humidité
                                                   -même arrosage

Comparer la taille des 3 haricots après plusieurs semaines (parfois plusieurs jours suffisent pour avoir des résultats concluants.)

II- Influence de la musique sur les plantes

Cette expérience permet d'observer l'influence de la musique sur les plantes.

Matériel: - 3 haricots ayant déjà poussés et étant de même taille
               - Un lecteur CD
                - Un CD de Mozart et un CD de métal

Mode Opératoire: - Laisser pendant plusieurs heures par jour, un haricot près d'un lecteur CD lisant un CD de                            métal
                                - Faîte de même pour Mozart.
                                - Laisser le troisième haricot loin de toute source de bruit.

Durant l'expérience, les haricots doivent être dans les mêmes conditions (voir expérience précédente)

Observer la manière dont les différents haricots ont poussés (taille, couleur, orientation...)


III- Effet de la musique sur les animaux

Cette expérience permet d'observer l'influence de la musique sur les animaux.

Matériel: - 3 souris
                - un labyrinthe
                - fromage (gruyère)
                - un lecteur CD
                - un CD de Mozart et un CD de métal
                - chronomètre

Mode opératoire: - Déposer du fromage à l'arrivée de votre labyrinthe.
                              - Mettre la souris n°1 au départ.
                              - Chronométrer le temps que met la souris pour trouver le fromage.
                              -
Renouveler l'expérience avec la souris n°2 en lui faisant écouter du Mozart.
                              - Renouveler l'expérience avec la souris n°3 en lui faisant écouter du métal.


Comparer le temps mis par les souris pour trouver le fromage dans les différentes conditions de l'expérience.

IV-
Effet Mozart

Cette expérience permet de démontrer l'effet de la musique de Mozart sur le QI.

Matériel: - une soixantaine de personnes
                -deux tests de QI de niveaux semblables
            
- un lecteur CD
                - un CD de Mozart et un CD de métal

Mode opératoire: -faîtes passer le premier test aux 60 personnes dans le silence.
                              - divisez les 60 personnes en 2 groupes de 30.
                             - faîtes écouter au premier groupe du Mozart pendant 10 minutes, puis faîtes leur passer le                           second test.
                              -
faîtes écouter au second groupe du métal pendant 10 minutes, puis faîtes leur passer le                           second test.

Observez  les différentes moyennes de QI: sans musique, avec du métal, avec du Mozart.
 

Résultats et exploitations

Expérience 1 –

La Génodique

 

 

                                                     
     

 
Noms des haricots
 

 
   

 
Ben

 
   

 
Goliath

 
 

 

 

Protéodies

 

 

 
 

 

 

Stimulante

 
 

 

 

Inhibante

 
 

 

 

Accroissement jour   1

 

 

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

Accroissement jour   2

 

 

 
 

 

 

0.5cm (+ 0,2cm)

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

Accroissement jour   3

 

 

 
 

 

 

4.5cm (+ 4cm)

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

Accroissement jour   4

 

 

 
 

 

 

5cm (+0,5cm)

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

Accroissement jour   5

 

 

 
 

 

 

6cm (+1cm)

 
 

 

 

0,3cm

 
 

 

 

Accroissement jour   6

 

 

 
 

 

 

6.5cm (0,5cm)

 
 

 

 

0,1cm (-0,2cm)

 
 

 

 

Accroissement jour   7

 

 

 
 

 

 

7cm (0,5cm)

 
 

 

 

« haricot   pourri »

 

 

 

Expérience 2 – Effet de la musique sur les animaux

 

 

 

                                                                                   
 

Noms des Souris

 
 

Kyrou

 
 

Fify

 
 

Marge

 
 

Mimi

 
 

Sunnies

 
 

Ous

 
 

 

 

 Sans   musique

 

 

 
 

Temps et réactions

 
 

54 s

 

confiant mais   prudent.

 
 

29 s

 

confiante

 

(un peu hésitante   au début).

 
 

2.58 min

 

 

 

prudente.

 
 

24 s

 

 

 

confiante.

 
 

1.19 min

 

 

 

curieuse.

 
 

4.12 min

 

 

 

fatigué, perdu.

 
 

 

 

 Musique classique

 

 

 
 

Temps et réactions

 
 

21 s

 

confiant.

 
 

1.30 min

 

distraite.

 
 

39 s

 

confiante.

 
 

1.27 min

 

lente, un peu   perdue.

 
 

23 s

 

confiante.

 
 

4.14 min

 

calme, distrait.

 
 

 

 

Sans musique 2ème   essaie

 

 

 
 

Temps et réactions

 
 

1.21 min

 

 

 

vagabond.

 
 

51 s

 

 

 

vagabonde.

 
 

38 s

 

 

 

confiant.

 
 

1 min

 

 

 

confiante,

 

vagabonde.

 
 

53 s

 

 

 

confiante.

 
 

4.48 min

 

très curieux, un   peu perturbé.

 
 

 

 

 Métal

 

 

 
 

Temps et réactions

 
 

 

 

Peur générale,   immobilité ou rapidité du fait du stress

 

 

 
 

 

 

 Rock

 

 

 
 

Temps et réactions

 
 

1.04 min

 

 

 

 

 

effrayé, un peu   perturbé.

 
 

2.34 min

 

 

 

peur, s’éloigne de la   source de musique.

 
 

1.07 min

 

 

 

effrayée, a tenté   de s’échapper en creusant.

 
 

2.31 min

 

très nerveuse,   cherche la provenance du bruit puis veut s’en éloigner.

 
 

 

 

   

 

 

très effrayée par   le bruit, essaye de s’échapper.

 
 

3.34 min

 

 

 

tétanisé au début   puis fini le labyrinthe rapidement.

 

 

 

 

Expérience 3 – Tests de QI

*  Moyenne sans musique : 100

 * Moyenne des 1ères S sans musique : 97

 * Moyenne générale avec Mozart : 108

 * Moyenne des 1ères S avec Mozart : 106

 * Moyenne des 1ères ES avec Mozart : 110

 * Moyenne des 2ndes avec musique techno : 90


 

1. Génodique :

 

Les résultats que nous avons obtenus confirment la théorie de M. Sternheimer selon laquelle les protéodies peuvent stimuler ou inhiber la synthèse des protéines.

Comme nous l’avons vu dans le tableau, le haricot stimulé a augmenté de

6.7 cm

en 7 jours tandis que le haricot inhibé a diminué de taille jusqu’à se décomposer.

 

 

 

2.Effet de la musique sur les animaux :

 

Lors de l’expérience, les souris n’étaient pas dans de bonnes conditions car il y avait un environnement bruyant pouvant les influencer, elles n’étaient pas assez affamées et la source de musique mal répartie sur l’ensemble du labyrinthe. Cependant les résultats sont très significatifs :

- Sans musique, on remarque que certaines souris sont très rapides par instinct, curieuses et confiantes tandis que d’autres sont plus lentes par prudence ou fatigue (les souris sont noctambules).

- Avec la musique classique, on observe une rapidité de la part de certaines souris par leur confiance et une sérénité cependant d’autres deviennent tellement calmes et vagabondes qu’elles en deviennent lentes.

- Avec du métal, aucune souris n’a réussi à arriver jusqu’à l’arrivée du fait d’une très grande peur, les souris restaient tétanisées dans le labyrinthe.

- Nous avons refait un deuxième test sans musique : les souris s’étant habituées au labyrinthe sont devenues confiantes voir vagabondes.

- Avec le rock on peut constater que les souris sont nerveuses et effrayées. Elles essayent de s’échapper du labyrinthe et de s’éloigner de la source de musique.

 

 

 3.Effet Mozart :

 

La moyenne des tests de QI sans musique et toutes classes confondues est de 100 qui est également la moyenne française : notre échantillon est donc représentatif. Ceci nous permet donc de penser que nos résultats sont recevables.

Les premières ES ayant une moyenne de 110 avec Mozart, ont effectué le test comme décrit dans le protocole tandis que les premières S ayant obtenus une moyenne de 106, ont fait le test tout en écoutant Mozart. Cela a pu avoir une influence sur les moyennes. En effet, durant les journées TPE, nous avons écouté du Mozart durant plusieurs heures : ce fut d’abord apaisant puis cela devint vraiment désagréable.

 L’ensemble des résultats que nous avons obtenus lors de cette expérience confirme nos théories de départ.


Voici quelques photos des journées TPE:


 

HPIM2162

                                                                                         Nos haricots musicaux !!!!


HPIM2146

                                                                                                                                      Aurore et Marjorie stimulant Ben.

HPIM2160

Notre laboratoire avec le labyrinthe. 
   

HPIM2166

Fify et Miruku (Mimi)       

HPIM2165          

                                                                                                                Sunnies et Marge            

Posté par bcgstpe à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vidéos

Labyrinthe sans musique

Posté par bcgstpe à 21:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Conclusion

Conclusion

 

 

 

(Résultats des expériences à venir.)

La conclusion a été rédigée dans le cas où les résultats seraient affirmatifs, dans le cas contraire, lors de l'annonce de nos résultats nous changerons la conclusion. Merci de votre compréhension.

 

****

 

 Tous ces résultats montrent bien que la musique possèdent une réelle influence sur les êtres vivants. Cependant, il reste à savoir si cette influence est réellement bénéfique pour ces derniers.

 Par exemple, la musique en accentuant certaines protéines ne serait-elle pas à l'origine de mutations ? Une mauvaise utilisation des protéodies ne pourrait-elle pas causée le développement de maladies graves voir même cancéreuses ? Ou au contraire, ne représenterait-elle pas un remède possible à certaines pathologies jusqu' ici considérées comme intraitables ? La théorie de Sternheimer permettra-t-elle une production agricole plus importante ? Y a-t-il un avenir pour la musicothérapie ?

 Aujourd' hui encore, tous ces points doivent rester sous forme d'interrogation, car bien que la théorie se développe de plus en plus, l'utilisation de la musique sur les êtres vivants n'est pas encore mise en application. D'une part, à cause du fait que l'effet des protéodies sur l'homme n'est pas maîtrisé, et d'autre part car la théorie de Sternheimer reste encore trop méconnue. Toutefois, il n'y a qu'un pas pour que l'utilisation des protéodies entre en vigueur ( au moins au niveau des végétaux ). Après la vraie question sera donc de savoir si cela aidera-t-il réellement aux progrès naturels ou pas.

Posté par bcgstpe à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2008

Remerciements

Ce TPE, notamment les expériences, n'aurait pas pu être réalisé sans le soutien et l'aide d'un certain nombre de personnes.
Nous tenons ainsi à remercier plus particulièrement Mme CASINI, M. CINGOLANI, Mme DEGHMOUN S., Mme VERDONNET pour leur aide et l'intérêt qu'ils ont porté à notre projet, ainsi que les élèves de 1ère et de 3ème pour leur participation.

Posté par bcgstpe à 23:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]